English»

L'histoire du Solex et nos vélos électriques

En 1905, la société Solex voit le jour. Toutefois, à cette époque, elle ne fabrique que des carburateurs pour autobus.

En 1940, Marcel Mennesson fait réaliser le prototype de l'engin avec moteur sur la roue avant. L'engin d'une cylindrée de 38 cm3 est équipé d'une transmission par galet, d'un carburateur et d'un réservoir, le tout monté sur des roues de grandeur 700.

Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que Marcel Mennesson et Maurice Goudard se lancent dans la fabrication du VéloSolex. Étant donné la conjoncture économique difficile en France, ce mode de transport économique et abordable devient vite un incontournable.

En avril 1946, la production débute dans une usine près de Paris à la cadence de 15 unités par jour.

Son prix, sa simplicité et sa sobriété favorisent son utilisation quotidienne pour le transport et les loisirs.

De 1946 à 1988, plus de 8 millions de VéloSolex sont vendus dans plus de 70 pays.

Une icône, une légende est née.

Au cours des 30 années de production, différents modèles de VéloSolex ont été commercialisés en fonction du marché. Par exemple, au Canada et aux États-Unis, plusieurs modèles de série 3300 et 3800 ont été offerts, ainsi que la série 5000 en 1971, dans diverses couleurs.

En 1988, la production s'arrête à la suite d'achats successifs.

En 2004, le groupe français Cible rachète la marque en vue de commercialiser l'E Solex, un vélo électrique dessiné par Pininfarina.

Solex International Cycle qui vend ses produits dans plus de 10 pays européens ainsi qu'au Japon part maintenant à la conquête du marché nord-américain.

Le retour d'une icône.